Workshop Mycélium

Les 26 et 27 mars 2018, nous avons organisé deux séries d’ateliers dans la continuité de nos expériences pour FAIRE!

Nous avons accueilli Maurizio Montalti, le fondateur du studio Officina Corpuscoli dont le travail artistique et de design est axé sur des recherches autour du mycélium.

Il s’agit de l’appareil végétatif des champignons, une sorte de système racinaire constitué de filaments qui produisent des cellules par décomposition de la matière organique.

Ce produit organique intéresse aujourd’hui les « designers » au sens large pour plusieurs raisons :

  • Croissance à partir de bio matériaux / production de matière organique
  • Possibilité de guider et maîtriser cette croissance
  • Dépollution de sols
  • Propriétés intéressantes : légèreté, résilience, esthétique, etc.

 

Depuis 2010, Officina Corpuscoli travaille avec des scientifiques à développer des produits comme du carrelage et des panneaux d’isolant en mycélium pour architectes.

 

 

 

L’objectif de ces ateliers est d’observer le potentiel d’enrichissement du milieu que permet le mycélium dans le cas de façades végétalisées pour permettre la pérennisation du substrat et des conditions de développement.

La matière que nous avons incorporée aux prototypes a été préparée en laboratoire par Maurizio. Il s’agit d’un composé de deux types de mycélium particulièrement intéressants pour leurs propriétés : TRAMETES MULTICOLOR et PLEUROTUS OSTREATUS. Incorporés en sachets avec de la sciure de bois ou de la paille comme « aliment », leur développement a été anticipé pour la mise en œuvre en atelier.

Pour accélérer la colonisation, nous avons ajouté de la fécule de pomme de terre et un peu d’eau au composé préparé par Maurizio.

Cette pâte est ensuite appliquée sur différents supports que nous avons choisi de tester :

  • Des prototypes déjà pourvus de substrat
  • Des supports cartonnés
  • Des supports type résille

Mis à l’abri de la lumière pour une quinzaine de jour (période de prise), nous avons prévu de déballer les prototypes pour observer la colonisation du mycélium sur ces différents supports et en tirer des conclusions pour nos recherches sur l’accueil de la biodiversité.

Télécharger

FAIRE

Dans le cadre de l’appel à projets FAIRE* lancé par le Pavillon de l’Arsenal, nous avons été sélectionnés en avril 2017 pour développer une recherche sur l’accueil de la biodiversité : dans la lignée des expériences menées sur le groupe scolaire de Boulogne, nous souhaitons développer un système de façade durable qui intègre l’évolution dans le temps et permet l’implantation pérenne d’une faune et d’une flore locales sans entretien ou technicité particulière. Il s’agit de repenser notre rapport à la peau du bâti pour que celle-ci soit plus accueillante et intègre également des critères de performance thermique.

*FAIRE / Premier accélérateur de projets urbains et architecturaux innovants / Destiné aux architectes engagés dans la recherche, émergents ou confirmés, ainsi qu’aux étudiants des écoles nationales supérieures d’architecture, FAIRE a pour ambition d’accélérer l’éclosion de pratiques architecturales et urbaines expérimentales, de faciliter la réalisation de prototypes échelle 1 dans le Grand Paris, d’accompagner et promouvoir la recherche appliquée et de favoriser la mise en œuvre de nouveaux process, matériaux et programmes de construction.

 

Une équipe
L’équipe de réflexion se compose de membres ayant déjà testé, chacun dans sa partie, des prototypes pour l’accueil de la biodiversité. Grâce à ces travaux nous disposons d’une base de données qui permet aujourd’hui de fixer les conditions nécessaires à la fabrication d’un nouveau prototype.

ChartierDalix
Architectes / concepteurs

Philippe Clergeau
Professeur du muséum d’histoire naturelle / consultant en écologie urbaine

NatureParif
Agence régionale pour la nature et la biodiversité

Topager
Entreprise du paysage urbain comestible et sauvage

 

Un premier partenariat
L’entreprise CEMEX, producteur de ciment, granulats et béton, s’est montrée particulièrement intéressée par le projet, et nous a proposé une collaboration avec son laboratoire de recherche et développement.
L’idée de lancer une première série de prototypes en béton nous permet d’envisager les particularités et les avantages liés à ce matériau : souplesse, intégration d’éléments, possibilité de fabriquer des structures hybrides intégrant des matériaux bio-sourcés.

Nous avons donc initié une première série d’études en vue d’un déplacement en Suisse au laboratoire de recherche de CEMEX.

L’expérience du Lab’

Notre déplacement à Bienne, au laboratoire de recherche de CEMEX, nous a permis d’expérimenter différents types de béton en intégrant des poches de substrat et des négatifs pour figurer les différents accidents ou reliefs susceptibles d’accueillir faune et flore en façade.

Nous avons pu rapporter à Paris le premier prototype baptisé FAIRE : coupé en deux au labo, il va nous permettre d’observer l’évolution des semences dans le réseau formé par les boules de terre.

En attendant
En attendant une autre série de prototypes, nous avons semé le prototype FAIRE avec les équipes de TOPAGER et nous observons son évolution.
Première observation : le béton poreux utilisé en couche de surface ne permet pas à l’eau de rester assez longtemps dans le bloc. L’hiver approche : les graines germées vont entrer en dormance.

Télécharger

École élémentaire Sciences et biodiversité: suivi écologique

Depuis la livraison du groupe scolaire de Boulogne (2014), l’agence ChartierDalix s’est rapprochée de Natureparif pour qu’un état des lieux sur la biodiversité soit établi. Le 28 juin 2016, Audrey Muratet, écologue, a effectué un premier relevé de la faune et de la flore. Son rapport fait apparaître que sur les 114 espèces recensées, 44 sont issues des plantations d’origine et 70 sont des espèces arrivées spontanément. Cette première étape permet de poser un jalon dans le suivi du groupe scolaire: d’autres doivent suivre afin de mieux comprendre l’évolution du milieu dans le temps et pouvoir en tirer des enseignements pour l’avenir.

Dans le cadre du plan vert régional, Natureparif a également lancé une étude sur les toitures végétalisées en île-de-France : les groupes scolaires de Boulogne et Ivry ont ainsi fait l’objet d’une première campagne en 2017. Pour en savoir plus…

Télécharger